LE CHANT DE COQUELICOTS

 

Dans un taudis humide

d’un pauvre village

au milieu d’une triste terre

je suis sorti livide

sans aucun bagage

du ventre usé de ma mère

 

J’ai grandis au milieu

d’une flopée de mômes

de cris, de coups et puis d’alcool

mangeant un jour sur deux

pas plus haut que trois pommes 

viré à 15 ans de l’école

 

Mais qu’importe, je m’accroche

malgré toutes mes idées noires

il reste toujours un peu d’espoir

dans ce chant de coquelicots

en rouge tatoués sur ma peau.

Le chant des coquelicots

PAROLES ET MUSIQUE (BENOIT ALBERT CLAUDE)
ALBUM SANS ARRANGEMENT.jpg

Père est sur le départ

Mère a passé son tour

la petite a changé de jeu

avec un peu d’égard

avec un peu d’amour

peut-être, aurai-je pu être heureux

 

échoué au RSA

chaque jour, je doute

coincé au fond de mon cerveau

je ne suis plus vraiment moi, la corde

et la poutre

sont là, qui m’attendent, tout là-haut

 

Mais qu’importe, je m’accroche

malgré toutes mes idées noires

il reste toujours un peu d’espoir

dans ce chant de coquelicots

en rouge tatoués sur ma peau.

ouvrier apprenti

j’ai trimé esclave

j’ai travaillé à la chaîne

sur ma machine outil

devenu une épave

wisky, rixe, mauvaise graine

marié à une petite

enceinte jusqu’aux yeux

sans le moindre sou en poche

j’ai rendu visite

au taudis de mes vieux

on y vit avec le mioche.

Mais qu’importe, je m’accroche

malgré toutes mes idées noires

il reste toujours un peu d’espoir

dans ce chant de coquelicots

en rouge tatoués sur ma peau.