Entre ciel

et terre

paroles et musique (benoit albert claude)

L’ARBRE DU MONDE

C’était un vieille arbre de plus de 1000 ans,

moitiée de Judée, moitié du Liban.

Il avait comme ancêtres, le chêne de Mambré,

l’arbre de la Bodhi, l’arbre saint Garoé.

 

Il était planté là, le long de la frontière,

étendant ses branches au dessus des barbelés.

Ses feuilles goûtaient à une belle lumière.

Ses racines en terre profonde, sous le mur en béton armé.

Les arbres entre ciel et terre, nous montrent immobiles la voie

Les hommes, eux se font la guerre qu’ils portent comme une croix.

Il était magnifique sous le soleil d’été.

Sa nature héroïque levé vers le ciel.

Il donnait des fleurs et des fruits sucrés.

Aux oiseaux, aux abeilles qui en faisaient leur miel.

Mais derrière leurs barbelés, de l’un ou de l’autre coté

Les hommes trouvèrent qu’il leur faisait de l’ombre

Qu’il prenait trop de hauteur, avec sa cime touffue et

ses feuilles en nombre.

ALBUM SANS ARRANGEMENT.jpg

Les arbres entre ciel et terre, nous montrent immobiles, la voie

Les hommes, eux se font la guerre qu’ils portent comme une croix.


 

Un bulldozer, Ils firent venir de loin.

Une de leur machine sortie de l’enfer

Sous les crocs de la mécanique

Sous l’effort du monstre de fer

Ses bois, ses racines, son cœur cédèrent

 

l’écorce fendue, la sève coula tout le long

Lorsqu’il rendit l’âme, les fibres arrachés du tronc

Il fut jeté dans la poussière, il fut brisé  à jamais

Ce vieil ancêtre, ce vieux cèdre, cette vieille âme de Judée.


Les arbres entre ciel et terre, nous montrent immobiles la voie

Les hommes eux se font la guerre qu’ils portent comme une croix.

Dans cette hideuse sauvagerie,

quatre hommes perdirent leur vie

pas sous les coups de ses branches, ni sous le poids de son corps,

Car ce qui les auraient réunis, Ils se disputaient encore

Les hommes avaient fini par faire un désert, de ce pays.

 3 août 2010

 

Une escouade israélienne tente d'abattre un arbre du côté israélien de la ligne bleue, près des villages israéliens de KibboutzMisgav Am, et du village libanais d'Odeissé, Un haut-gradé israélien est tué et un autre blessé lorsque des tireurs d'élite libanais ont ouvert le feu sur un poste d'observation de l'armée israélienne sur ordre de leurs commandants. Tsahal a riposté par des tirs d'artillerie et des raids aériens sur les positions libanaises, tuant 2 soldats libanais et un journaliste du quotidien Al AkhbarAssaf Abu Rahhal, blessant par ailleurs cinq autres soldats et un autre journaliste.