CRS - BAC

PAROLES ET MUSIQUE (BENOIT ALBERT CLAUDE)

CRS

 

quand t’as signé dans la police

cœur sur la main, la main au feu,

tu jubilais d’entrer en jeu

plein d’idéaux sur ta peau lisse.

 

tu te voyais en premier flic

traquant sans cesse les mafiosos

arrêtant seul tous les trafics

moitié Starsky et Navarro.

 

t’est plus qu’un méchant chien de garde

qui jette dans la foule, ses grenades

qui s’fait une partie de flashball

dans toutes les gueules de gilets jaunes

 

t’imaginais être un héros

sauvant la belle de super U

mais les caissières dans les rues

toi, tu les gazes aux lacrimos

 

Tu r’grettes pas d’leur faire la fête,

à tous les gosses de la Marianne

à coups de triques et de grosses vannes,

genoux à terre, mains sur la tête.

 

t’est qu’un pitbull bien dégueulasse

qui s’excite à fond la matraque

qui fracasse les corps et la face

comme au Chili, tes camarades.

 

Dans tous les crânes, Tu fais rentrer

l’ordre et la loi, la Gestapo

gardés à vue bien menottés

mains arrachées, œil en lambeau

 

tu t’espérais mieux qu’un pantin,

dernier rempart républicain

t’es désormais plus qu’un valet

du brutal pouvoir versaillais

 

t’est qu’un poulet qui sert ses maîtres,

trusts, rentiers, actions et profits,

Démocratie bafouée, salie

Et malmenée à la baguette.

 

Mais t'en fais pas, mon collabo

t'auras ta prime de fin d'année

pour ta démarche qualité

et ton label "commando"

 

la populace, faut la mater

et surtout pas être économe

Tans pis, si tu es épinglé

au tableau noir des droits de l'homme

 

t’es qu’un Franco, un Pinochet,

pour pas que la bourse s’effondre,

qui vient rassurer les marchés

et que se taise un peu la fronde.

 

Mais les chansons volent dans les airs

personne ne peut les arrêter

Elles se reprennent en un éclair

pour inspirer la liberté

ALBUM SANS ARRANGEMENT.jpg